Après le bouleversement de la pandémie, le marché immobilier est revoilà confronté à une autre crise, celle de la hausse du carburant et de la guerre en Ukraine. Il est alors normal de se demander si c’est encore le bon moment ou non pour acheter de l’immobilier. Il existe de nombreux facteurs à connaître pour mieux répondre à tout cela. Voici l’essentiel. 

Acheter de l’immobilier : une bonne et mauvaise idée

Source image : pixabay

Rappelons que la Covid n’a laissé que quelques séquelles sur le marché immobilier. Après le confinement, le marché a repris et a changé de tournure. Au fait, la plupart des acquéreurs dirigent leur attention vers des biens et des zones spécifiques. 

Leur besoin d’espace confirme la hausse des demandes en région parisienne. Ils recherchent plus d’espace et plus de verdure. Ce n’est pas tout, les acquéreurs et les locataires déménagent les grandes villes pour vivre dans les villes limitrophes, ou dans les campagnes. Ils ciblent particulièrement les maisons avec jardin ou avec un espace extérieur

D’autre part, le marché immobilier ancien a aussi repris. La balance penche vers les biens anciens avec travaux grâce à l’encouragement de l’État à travers des aides financières. 

En tout cas, 2022 est une année décisive pour les investisseurs. Elle est fortement impactée par : 

  • La hausse du coût des matériaux sur les constructions neuves.
  • La dernière réglementation environnementale, notamment le RE2020.
  • L’élection présidentielle.

Autant de facteurs qui influencent sa décision d’acheter ou non en 2022. 

Nous allons alors présenter en détail tous les facteurs qui déterminent si c’est le bon moment ou non d’acheter de l’immobilier en 2022. 

Acheter de l’immobilier : des conditions d’octroi de prêt devenu très strict

Les conditions d’octroi d’un prêt immobilier se sont durcies depuis le début de l’année. Les banques deviennent beaucoup plus méfiantes concernant le traitement de certains dossiers. Si les banques ne respectent pas les nouvelles réglementations du Haut Conseil de la Stabilité financière, elles seront sanctionnées des amendes ou autre. 

Du coût, les conditions de prêt deviennent très strictes afin d’éviter le surendettement chez les ménages : 

  • Interdiction d’emprunt au-delà de 25 ans.
  • Possibilité de prolongation de la durée d’emprunt à 25 ans pour un achat VEFA.
  • Taux d’endettement limité à 35 %.

Pour se plier aux conditions des banques et avoir une chance de valider son dossier de prêt, il est alors important de : 

  • Présenter un dossier solide.
  • Limiter les prêts à la consommation.
  • Limiter les découverts.
  • Limiter les dépenses imprévues.

Outre cela, les banques ne souhaitent plus financer l’ensemble du crédit immobilier. Elles exigent un apport personnel à minima de 10 % des emprunteurs. Avoir un apport personnel devient obligatoire en 2022. On aura alors moins de chance d’obtenir un prêt immobilier sans apport. 

De plus, en 2022, l’apport personnel peut aussi être un atout pour régler : 

  • Les frais de notaire.
  • Les frais de garantie.
  • Les frais de dossier.

Acheter de l’immobilier : des taux d’emprunt restés au plus bas

N’allons pas confondre ! Il existe une nuance dans ce terme « taux d’emprunt bas ». Avec la hausse des prix de consommation, le taux d’intérêt ne sera pas épargné. Sachez quand même que malgré un taux d’emprunt toujours plus bas, les prix immobiliers connaissent une hausse depuis 2021 : 

  • Une hausse de 7, 4 % pour les maisons.
  • Une hausse de 5,3 % pour les appartements.

Le prix moyen des logements a connu une hausse phénoménale en France. Concernant l’évolution des prix en 2022, ils devraient encore continuer d’augmenter sur tout le territoire. Il n’y aura aucune baisse dans les prochains mois à venir. Toutefois, le pourcentage de cette hausse de prix en 2022 est autour de 2 %. Cependant, cela va dépendre de la zone ciblée : centre-ville, commune rurale, banlieue : 

  • Une augmentation modérée à Bordeaux et à Lyon.
  • Une hausse spectaculaire dans les communes périphériques
  • Des hausses de prix supérieurs à 10 % pour les maisons anciennes.

Le retour de l’inflation explique aussi l’évolution des prix des immobiliers et du taux de l’intérêt. Même si les taux de crédits sont en baisse, les banques se trouvent dans l’obligation d’appliquer une hausse des taux d’emprunt, mais il s’agit d’une hausse progressive. 

Bref, à vous alors de prendre la décision d’acheter ou non cette année en prenant en compte ces facteurs. 

Source image à la une : pixabay

Vous pouvez également aimer :